21/10/2021

Ça y est, cette année, c’est la bonne. Après avoir repoussé le dossier depuis un moment, votre direction vous a donné le feu vert : vous allez enfin lancer un programme « collaborateurs ambassadeurs » dans votre entreprise. Seulement voilà, au pied du mur, le doute vous assaille… Quel est le plan d’action idéal ? Comment repérer les collaborateurs les plus motivés ? Comment leur donner envie sans en faire trop ?   Pas de panique : pour vous aider à démarrer, nous vous livrons LA liste des erreurs à éviter absolument. Vous voulez réussir votre programme d’employee advocacy ? Voici les 8 exemples… à ne surtout pas suivre !

1. Se lancer trop tôt

L’erreur la plus fréquente est de précipiter les choses. La première étape de votre programme est pourtant indispensable : il s’agit de sensibiliser le plus grand nombre de collègues puis de former les plus motivés d’entre eux. Expliquer les codes de Linkedin, rappeler les enjeux de la communication sur les réseaux sociaux et surtout rassurer et dénouer les freins potentiels : manque de temps, autocensure, manque d’idées…

2. Oublier de fixer des objectifs

Oui, un programme « collaborateurs ambassadeurs » doit pouvoir répondre, comme toute action de communication digitale, à des objectifs clairement définis. A quoi répond votre stratégie ? S’agit-il d’améliorer votre marque employeur, de booster votre notoriété B2B, de générer des prospects entrants ? Il est essentiel de pouvoir fixer le cap dès le lancement de votre dispositif.

 

3. Contraindre les collaborateurs

Cela peut sembler évident, mais rappelons-le tout de même. Non, la contrainte ne fonctionne pas, surtout lorsqu’il s’agit d’encourager vos collaborateurs à s’exprimer en leur nom. La première règle d’un programme « collaborateurs ambassadeurs » est la libre adhésion. Cela n’empêche pas de donner la direction et de suggérer à vos collègues le nombre idéal d’actions dans le mois. Mais en aucun cas il ne faut que cela devienne trop mécanique et contraignant.

 

4. Ne pas donner l’exemple

Là encore, on peut trouver cela assez logique, mais vous seriez étonnés de découvrir le nombre d’entreprises qui demandent à leurs collaborateurs d’être plus actifs sur Linkedin alors que la direction ne veut pas en entendre parler ! Vous connaissez l’adage : l’exemple vient d’en haut. L’engagement des cadres dirigeants dans l’aventure « collaborateurs ambassadeurs » est essentiel pour convaincre le plus grand nombre. DRH, Direction de la communication et/ou du marketing, Direction commerciale et bien-sûr Direction générale de la structure : c’est le meilleur moyen d’inciter chacun à sortir de sa zone de confort et porter haut les valeurs de l’entreprise.

 

5. Lâcher vos équipes dans la nature

On en vient au cœur du sujet, à l’enjeu clé autour duquel se joue la réussite du dispositif : l’accompagnement des collaborateurs dans la durée. Si l’appropriation du discours de marque par vos collègues est un objectif réalisable, cela ne va pas de soi. L’idéal est de disposer d’un élément moteur, un chef de projet dédié au dispositif pour animer et booster les forces vives. Envoyer régulièrement aux collaborateurs des informations sur le planning de communication de l’entreprise, proposer des sujets issus de la veille pour inciter à faire de la curation d’articles, organiser des points individuels ou en groupe restreint pour lever les éventuels freins : il s’agit de rythmer le programme pour l’inscrire dans le temps.

6. Oublier de suivre les actions

Ce point découle directement du précédent. Au-delà de l’accompagnement humain nécessaire à la montée en progression de vos équipes sur Linkedin, le suivi des actions individuelles garantit qu’elles ne dénaturent pas l’image de l’entreprise. Et c’est un art subtil : tout réside dans le bon compromis entre susciter une activité soutenue de vos collègues et en même temps assurer un cadrage bienveillant des prises de parole.

7. Assurer un contrôle trop strict

Evidemment, une question s’impose : comment suivre les actions de chacun tout en laissant une marge de liberté suffisante ? Pas de règle absolue en la matière : tout dépend de la taille de votre structure, de la nature parfois sensible des sujets abordés et de la culture digitale de vos collègues. Dans certains cas, un suivi plus strict peut s’avérer nécessaire. On s’accorde néanmoins sur un point : ne demandez jamais à relire les posts de vos collaborateurs avant publication ! Par un contrôle excessif, vous obtiendriez l’inverse de l’effet recherché : une communication trop lisse et surtout impersonnelle.

8. Ne pas renvoyer l’ascenseur

Dernier point à rappeler : si vous voulez convaincre vos collègues d’être actifs et investis durablement, il faut qu’ils y trouvent leur compte. Non, votre dispositif « collaborateurs ambassadeurs » ne doit pas ressembler à une armée de soldats « serial-posteurs ». C’est à l’entreprise d’installer les conditions d’une relation gagnant-gagnant et les leviers ne manquent pas.

D’abord, être actif sur Linkedin, c’est développer son réseau et booster son employabilité. C’est aussi un outil pour valoriser chaque individu, qu’il se sente fier et reconnu. On est loin d’imaginer le nombre d’experts qui s’ignorent et se cachent dans chaque entreprise, souvent inhibés par le tristement célèbre syndrome de l’imposteur. A vous de leur faire prendre conscience que leur expertise est réelle et qu’elle mérite d’être partagée.

Enfin, développer et structurer votre programme peut constituer un véritable temps fort au sein de votre entreprise. Ne négligez pas la majorité silencieuse de vos collaborateurs ! Gardez en tête que même si la plupart ne poste rien sur Linkedin, le simple fait d’engager cette dynamique interne peut booster le sentiment d’appartenance et mobiliser autour d’un projet structurant.

 

Ouf, vous êtes arrivés au bout de cette « anti-To Do List », bravo !

On espère que cela vous a donné des clés pour vous lancer. Vous souhaitez aller plus loin et échanger avec notre équipe dédiée ? Alors challengez-nous ! Nous serons ravis de vous accompagner dans cette belle aventure !

Vous pouvez aussi en savoir plus sur notre méthodologie et découvrir le détail de notre programme « Tous Ambassadeurs »  !

 

Agence de performance internet à Toulouse, Objectif Papillon active tous les leviers du marketing digital pour booster les performances de ses clients. De la création de site web, aux campagnes de communication 360°, en passant par la gestion de campagnes d’acquisition (AdWords, Display programmatique, retargeting…) et l’optimisation du SEO, nos experts sauront vous conseiller sur les meilleures solutions pour générer de la notoriété, du trafic qualifié et des conversions.

Vos projets

nous intéressent,

Challengez-nous !