Référencement & emarketing
actus & conseils

Achetez-vous vos liens ?

29mar2013

L’ère post-Panda et Penguin sonne le glas des techniques de référencement naturel massives destinées à « manipuler » les résultats de recherche des internautes. Pour rappel, ces deux mises à jours (2011 et 2012) de l’algorithme de Google visent d’une part, les sites aux contenus de faible qualité pour l’internaute et, d’autre part, les sites sur-optimisés techniquement et/ou recevant des liens entrants « non spontanés. » Cette semaine, nous débutons une série d'articles sur les erreurs à éviter en SEO. Premier point abordé : l'achat de liens.

Google Panda Penguin penalites

 

Interflora UK frappé de plein fouet par une pénalité Google

Commençons par un sujet d’actualité. Fin février 2013, Martin MacDonald, consultant anglais en e-marketing, note que le site d’Interflora a disparu de Google.co.uk . Plus rien sur les requêtes « flowers », « flowers online » et même « Interflora », et ce pendant plusieurs jours. La raison : le site a été pénalisé pour avoir acheté des publireportages dans la presse en ligne britannique et aurait incité des blogueurs à écrire sur ses services contre rétribution et autres cadeaux. Ces billets et articles contenaient des liens aux ancres optimisées sur ces mots-clés.

interflora penalite Google

Pourquoi l'achat de lien est-il à proscrire en SEO ?

Les consignes de Google aux webmasters sont très claires. Aura un impact négatif sur le classement dans les résultats de recherche de vos pages « l'achat de liens ou de messages contenant des liens, l'échange de biens ou de services contre des liens, ou encore l'envoi d'un produit "gratuit" en échange d'un commentaire incluant un lien. »

Il est toujours possible de jouer avec le feu, ou d’espérer être plus malin que Google : comment peut-on identifier un lien acheté d’un lien naturel s’il n’est pas clairement identifié comme tel, par exemple avec la mention « billet sponsorisé ». Mais c’est sans compter une dénonciation anonyme par l’entremise du formulaire idoine sur les outils pour les webmasters de Google, ou tout simplement les Search Quality Raters, ces hommes de l’ombre qui scrutent manuellement les résultats suspects pour le compte de Google.

Les solutions à mettre en place

  • Misez sur du référencement durable : entretenez vos relations presse, publiez de l’actualité digne d’être reprise par les blogueurs, organisez des événements en ligne, etc. Bref, pensez « content marketing ».
  • Si vous êtes dans le cas d’Interflora UK, analysez la structure de vos liens entrants et leur valeur. Puis éliminez manuellement les liens achetés ou sponsorisés via le formulaire de suppression de liens de Google Webmaster Tools. C’est ce qu’ont fait les webmasters d’Interflora !
  • Autre solution pour les billets sponsorisés et autres publi-reportages : mettre un attribut "nofollow" aux liens sortants. Vous respecterez ainsi les guidelines de Google. Encore faut-il pouvoir contacter tous les supports que vous avez sollicités pour faire passer votre article !

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Pour mettre en place des actions SEO efficaces, oubliez les mots-clés : concevez vos contenus en fonction des intentions de recherche internautes. Encore faut-il les identifier finement ! Lire la suite >
Une année exceptionnelle, un secteur économique fragilisé, 2020 lance un défi à tous les... Lire la suite >

Des outils internet, e-marketing et éditoriaux dédiés à la performance internet des professionnels de l'immobilier neuf